Texte extrait du site : https://www.tchendukua.org/

Les peuples de la Sierra

Les Kogis, Arhuacos, Wiwas et Kankuamos constituent les peuples de la Sierra Nevada de Santa Marta et sont les descendants des Tayronas, une des plus grandes sociétés précolombiennes du continent sud-américain à l’image des Incas, des Mayas ou des Aztèques. Pour eux, la Sierra Nevada représente le cœur du monde, la Mère Terre, qui leur a transmis le code moral et spirituel qui régit leur civilisation.

Les Kogis

Depuis 1997, les actions développées par l’association Tchendukua – Ici et Ailleurs ont été développées et mises en œuvre auprès des communautés Kogis. Une orientation liée à l’histoire d’Eric JULIEN et sa rencontre en 1985 avec les Aruacos, puis les Kogis qui vont lui sauver la vie. Les connaissances de l’association sur la Sierra et ses habitants sont en grande partie issues de cette rencontre et du dialogue régulier engagé avec eux depuis 1997.

Qui sont-ils ?

Des 500.000 habitants approximativement dénombrés au XVIème siècle, on ne compte plus aujourd’hui que 20.000 Kogis. Plus qu’une simple montagne, la Sierra Nevada représente à leurs yeux le centre du monde, la « Mère Terre » qui leur a transmis le code moral et spirituel qui régit leur civilisation. Peuple de sages et de philosophes, ils connaissent une vie spirituelle intense. Privilégiant les choses de l’esprit, très tôt, ils initient certains de leurs enfants aux mystères de leur religion, selon un rite et une éthique particulièrement rigoureuse. L’acquisition de ce savoir n’a qu’un but, s’efforcer d’être en harmonie avec soi-même et avec le monde. Menant une existence secrète et isolée, les Indiens Kogis pratiquent une immuable transhumance entre leurs fermes et les villages où ils se retrouvent lors de cérémonies religieuses.

 

Les chamans kogis : Mamas et Sagas

Au centre de cet univers, les Mamas/soleil  (chamans hommes) et Sagas/lune  (chamans femmes) – prêtres et philosophes – règlent l’ordre social et spirituel de la communauté. Formés pour certains parfois jusqu’à 18 ans dans le noir (2 cycles de 9 ans), ils développent une connaissance profonde des phénomènes naturels. Ils assurent les fonctions de juges et de médecins, en charge du bien-être de leur communauté et de l’équilibre de l’univers. Gardiens de la « loi de Sé », ou « loi des origines », ils veillent au respect des processus de décision, aux valeurs partagées, intervenant pour réguler les grands équilibres du monde, et de la communauté. D’après eux, les maladies surgissent, lorsque les membres de la communauté se mettent en dysharmonie avec la nature, et ne respectent plus les lois de « Sé ».

Découvrez ce peuple et comment les aider : https://www.tchendukua.org/

photos du site tchenduka


Vous aimez ? Alors merci de partager cet article sur les réseaux sociaux :